AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 météorites nickel et iridium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moondaka
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 403
Age : 44
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: météorites nickel et iridium   Jeu 19 Mai - 10:31

Bonjour,

je recherche les météorites qui contiendraient le plus d'iridium et de nickel

concernant le nickel d'après mes recherches ce serait les ataxites IVB qui en contiendraient le plus.
où est ce que je pourrais trouver le pourcentage précis de Ni en fonction de la météorite?
sur le metBul j'ai trouvé 13 ataxites officielles, curieusement aucune n'est classées en IIF, seulement des IVB?
et parmi ces 13 laquelle serait la championne du Ni? (Hoba, Tornera, Tlacotepec...?)

concernant l'iridium j'ai trouvé très peu d'infos, seulement que les sidérites en contiendraient beaucoup.
même question, où est ce que je pourrais trouver le pourcentage précis d'Iridium en fonction de la météorite?

à vous lire

bonne journée

Moon
Revenir en haut Aller en bas
Sanscelerien
Curateur
Curateur


Nombre de messages : 3621
Age : 59
Localisation : Portugal
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Jeu 19 Mai - 15:35

Je ne connais pas de papier qui synthétise le sujet.

Mais j'ai trouvé ça:
authors.library.caltech.edu/51511/1/jgr4710.pdf
Et ça:
rruff.info/doclib/MinMag/Volume_38/38-298-736.pdf
Si je trouverai quelque chose de mieux, j'y reviendrai lá-dessus


Saludos


Sanscelerien

P.S.
Deux autres papiers qui te peuvent interesser
Le premier sur la crystalisation, corps parents et histoire thermique:
www.higp.hawaii.edu/~escott/Goldstein%20ea%20chem%20review.pdf

L'autre contient les compositions de quelques fers africains:
cosmochemists.igpp.ucla.edu/Was11NAfricanIrons.pdf
Revenir en haut Aller en bas
impactika
Fondateurs
Fondateurs
avatar

Nombre de messages : 6662
Age : 73
Localisation : Colorado
Date d'inscription : 29/04/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Jeu 19 Mai - 19:17

[size=13]J'ai trouve ces 3 la dans "Hanbook of Iron Meteorites" de Buchwald en cherchant Tishomingo que je savais etre l'une des plus riches en Nickel, mais ells sont classifies "ungrouped"[/size]

[size=13]Twin City [/size][size=13](30% Ni)[/size]
[size=13]Santa Catharina [/size][size=13](35.3[/size][size=13]% [/size][size=13]Ni)[/size]

[size=13]Tishomingo ([/size][size=13]32.5[/size][size=13]% [/size][size=13]Ni.)[/size]
Revenir en haut Aller en bas
http://IMPACTIKA.com
Super Pierrot
Membre actif
Membre actif


Nombre de messages : 1470
Age : 39
Localisation : Ardèche
Date d'inscription : 10/05/2015

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Jeu 19 Mai - 19:29

Pour les forts taux de nickel il y à également taza, 16,4% confirmés sous mes yeux grâce au XRF du labo EMTT, mais je ne savait pas que certaines avaient des taux de 30% affraid
Revenir en haut Aller en bas
Warin Roger
Super membre
Super membre
avatar

Nombre de messages : 2917
Age : 83
Localisation : Beaufays
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Ven 20 Mai - 9:59

Iridium

 

On trouve sur Terre (dans la croûte) l’iridium dans les composés platinifères.

Tout comme l’or et le platine, il forme (il aime former) des liaisons métalliques avec le fer du noyau.

Suite à la différenciation, l'iridium est ainsi le métal le plus rare du manteau.

En formant le noyau, le fer a entraîné l’iridium en expurgeant tous les silicates et oxydes du manteau de la Terre. Ont suivi le même chemin, tous les platinoïdes (des métaux dits de transition), l’or, et dans une certaine mesure même le soufre et beaucoup d’autres (dont partiellement le phosphore). Ce sont tous des éléments sidérophiles (qui aiment le fer).

Sur Terre, la couche KT est imputée à la chute du bolide de Chicxulub. Encore que d’autres géologues pensent que son origine serait terrestre ! En effet, le Pic de la Fournaise, relié à un point chaud, en exhume encore. Son origine volcanique ne peut a priori pas être exclue, mais alors uniquement à partir d’un volcan sur Point Chaud.

La couche KT pourrait ainsi être reliée aux basaltes du Deccan.

Je ne prends pas position. Je signale les deux possibilités en signalant que la seconde n’est pas sans poids.

Pour en revenir à nos propos, l’iridium est sidérophile. Donc, et cela n’a jamais été souligné à ma connaissance, même dans les astéroïdes, l’iridium se trouve concentré dans les fers (noyaux) de corps différenciés.

A mon avis, puisque c’est un phénomène général, les proportions d’Ir devraient être plutôt constantes, quel que soit le corps-parent différencié. Mais il faudrait le démontrer.

La composition relative des chondrites primitives se rapprochant de la composition de la photosphère solaire devrait compléter le tableau.

Pour répondre à Moondaka, les fers en contiennent peu, mais les autres pas du tout quasi…

Roger.
Revenir en haut Aller en bas
Moondaka
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 403
Age : 44
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Sam 21 Mai - 11:38

Hello

merci pour toutes vos réponses Smile
j'ai épluché et compilé les différents documents...

concernant le % de Nickel cela donne (avec quelques légères variations du % selon les sources) les 20 "championnes" suivantes :

33.6% Santa Catharina (IAB)
32.5% Tishomingo (Ung)
30.0% Twin City (IAB)
29.9% Lime Creek (IAB)
25.6% San Cristobal (IAB)
20.8% Gebel Kamil (Ung)
20.0% NWA 4705 (Ung)
19.5% Morradal (Ung)
19.5% NWA 5549 (IAB)
18.2% South Byron (Ung)
18.2% Warburton Range (IVB)
18.1% Weaver Mountains (IVB)
16.9% NWA 4701 (IAB)
16.7% Tazewell (IIICD)
16.7% Shingle Springs (Ung)
16.7% Chinga (Ung)
16.5% Tlacotepec (IVB)
16.4% Taza NWA 859 (Ung)
16.2% Cape of Good Hope (IVB)
16.0% Pinon (Ung)
...


concernant le % d'Iridium, (chiffres en ppm vu les faibles quantités)

58.9 ppm NWA 4705 (Ung)
25.7 ppm NWA 2678 (IIAB)
22.6 ppm NEA 002 (IID)
18.9 ppm NWA 3208 (IIIAB)
15.3 ppm Costilla Peak (IIIAB)
14.8 ppm Coahuila (IIAB)
14.8 ppm NWA 3205 (IAB)
11.4 ppm NWA 3202 (IIAB)
7.6 ppm Arispe (IC)

voilà, je suis preneur si vous avez d'autres infos ou des correctifs sur les données ci dessus
il ne me reste plus qu'à trouver quelques tranches pour illustrer tout ça Smile
bonne journée

Moon
Revenir en haut Aller en bas
Warin Roger
Super membre
Super membre
avatar

Nombre de messages : 2917
Age : 83
Localisation : Beaufays
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Sam 21 Mai - 12:05

Merci pour cette précision.
Avez-vous des références qui pourraient m'intéresser?
Fine Lame.
Revenir en haut Aller en bas
Moondaka
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 403
Age : 44
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Sam 21 Mai - 20:38

@ Warin Roger
Qu'est ce que vous entendez par "références"?
Revenir en haut Aller en bas
Warin Roger
Super membre
Super membre
avatar

Nombre de messages : 2917
Age : 83
Localisation : Beaufays
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Sam 21 Mai - 21:22

Des articles où vous avez lu ces données. Elles m'intéressent.
La nébuleuse solaire était hétérogène.
Merci.
Fine Lame.
Revenir en haut Aller en bas
Sanscelerien
Curateur
Curateur


Nombre de messages : 3621
Age : 59
Localisation : Portugal
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Sam 21 Mai - 23:41

Je ne discuterai pas si la nébuleuse solaire était hétérogène ou pas, n'ayant pas les connaissances requises. Mais il y a d'autres variables qui auraient pu influencer la teneur en Iridium des noyaux des asteroides, comme la dimension du corps parent, les collisions subies et l'histoire thermique, qu'on peut présumer auront eu des effets sur les processus de différentiation astéroidale. Ainsi dans certains corps-parents le processus de différentiation aura été plus efficace que sur d'autres.
[url=http://www.higp.hawaii.edu/~escott/Goldstein ea chem review.pdf]www.higp.hawaii.edu/~escott/Goldstein%20ea%20chem%20review.pdf[/url]
Moondaka a certainement d'autres sources mais dans mon post ci-dessus il y a des tables avec la composition de quelques fers.

Saludos

Sanscelerien
Revenir en haut Aller en bas
Warin Roger
Super membre
Super membre
avatar

Nombre de messages : 2917
Age : 83
Localisation : Beaufays
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Dim 22 Mai - 5:23

En effet, vos remarques sont correctes. Tous les paramètres qui modifient la force de migration du fer vers le noyau central contrôlent l'efficacité de la séparation des sidérophiles.
Fine Lame.
Revenir en haut Aller en bas
Sanscelerien
Curateur
Curateur


Nombre de messages : 3621
Age : 59
Localisation : Portugal
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Dim 22 Mai - 13:07

Ce serait intéressant d'avoir plus de posts sur ces questions moins "faciles".
Même si pas tout le monde est intéressé cela aide à remonter le niveau général.
Dommage que quelques-uns n'interviennent que quand on les "pique" Smile
Il y a un autre facteur qui pourrait avoir influencé la teneur en Iridium: La distance au soleil lors de l'accrétion du CP corps-parent du "iron" concerné.
C'est évident qu'à un certain moment de la vie du système solaire une organisation par masse a été produite. On pourrait songer que les CP ayant accrété plus prés du soleil auront obtenu une partie plus importante d'éléments lourds.
En effet la présence de ces éléments lourds pourrait même avoir été déterminante pour le processus de formation planétaire.
Voir cet article, assez intéressant:
http://www.space.com/15341-planet-formation-stars-heavy-elements.html

Saludos

Sanscelerien
Revenir en haut Aller en bas
Warin Roger
Super membre
Super membre
avatar

Nombre de messages : 2917
Age : 83
Localisation : Beaufays
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Dim 22 Mai - 21:39

Bonjour Sanscelerien,

Je donne une  réponse, prudente car je ne suis pas un spécialiste et je ne suis pas influencé par une lecture récente. Mais comme chimiste, il était normal que je m’intéresse à l’origine des éléments.

Hormis l’hydrogène, l’hélium et l’isotope 7 du lithium qui proviennent du Big Bang, la plupart des éléments jusqu’au fer (mais on peut aussi ajouter Ni et Co) sont générés par la nucléosynthèse ascendante des étoiles. Le grand Manitou joue avec les particules comme les protons et neutrons pour les additionner. C’est un mécanisme de fusion avec des forces attractives et répulsives. Les éléments ainsi synthétisés par les étoiles sont plus ou moins stables. C’est le domaine de radioactivité, les isotopes instables évoluant vers d’autres plus stables. Toujours est-il qu’il se crée une corrélation dite Vallée de Stabilité, entre le nombre de nucléons de l’isotope et son nombre atomique.

Le processus s’arrête au fer (et Ni, Co partiellement).

En effet, au delà du 56Fe, la fusion devient endothermique et se trouve ainsi très défavorisée. Cependant un autre processus de synthèse des éléments intervient alors, c’est la capture de neutrons qui devient même dominante. La capture d’un neutron est accompagnée de l’éjection  d’un électron. Ainsi sont synthétisés les éléments de nombre atomique Z > 56 (le fer).

Mais tout cela n’est pas simple, car tout baigne dans un rayonnement cosmique galactique intense. Ces rayons arrachent des nucléons de 12C, 14N, 16O présents dans les nuages interstellaires. Cela provoque la création d’éléments (très) légers non produits dans la nucléosynthèse. On obtient l’isotope 3Li, et 4Be et 5B.

Des fissions d’éléments lourds sont également induites par le bombardement neutronique. C’est le processus inverse de la nucléosynthèse ascendante, ou nucléosynthèse descendante.

 

La protonébuleuse qui s’est accrétée sous l’influence de la gravité en particulier, a allumé le Soleil. Cette protonébuleuse contenait tous les éléments chimiques du Tableau de Mendeleev. Ni plus ni moins, aurait déjà dit Lavoisier. Et ce Soleil, n’est pas au stade d’une première génération d’étoile, ce qui explique l’abondance des éléments lourds, dont la formation est favorisée dans l’explosion des supernovae. Ce fait est aussi important pour expliquer notre existence… Cela concorde avec la possibilité (observée) de la vie sur la Terre. Non seulement il faut de l’eau, mais aussi des métaux (étoile ayant eu plusieurs générations). Ceux-ci participent dans l’existence de processus catalytiques qui favorisent la vie.

Il ne peut y avoir de vie sans les éléments C, H, O, N, P, etc. c’est-à-dire les éléments qui sont à la base de la chimie organique.

Il ne peut y avoir de vie sans eau.

Il ne peut y avoir de vie sans les cations (métaux), ce qu’on oublie souvent de souligner.

Pour conclure pas de vie sans chimie organométallique (sans catalyse biochimique).

 

Fine Lame.
Revenir en haut Aller en bas
Moondaka
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 403
Age : 44
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   Lun 23 Mai - 7:16

Hello

pour la doc j'ai utilisé les 4 liens de Sanscelerien
j'ai vérifié après pour chaque météorite sur le Metbul pour la classification
dans certains cas le Metbul donne l'analyse chimique de la météorite (plus ou moins précise selon les cas)

 Moon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: météorites nickel et iridium   

Revenir en haut Aller en bas
 
météorites nickel et iridium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Film: flash des satellites du Système Iridium
» Compilation de chutes de météorites
» (satellite Iridium 47) Video de ce soir 09/06/09 à 10 metres de moi
» Météorites
» Les météorites découvertes depuis 1980

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace membres :: Discussion générale-
Sauter vers: